Galerie d'Artistes Annuaire de l'Art Annuaire de l'Art
FATIMA BINET OUAKKA
PRESSE FRANCE

Journal LE MATIN
1er juillet 2014



Les trois pianistes virtuoses ont porté haut les couleurs du Maroc et gratifié le public d’une prestation de qualité.

Organisée en collaboration avec le Service culturel de l’ambassade du Maroc en France et le magazine «Pianiste» dédié à la musique classique et plus particulièrement au piano, cette manifestation prestigieuse marocaine a permis aux trois pianistes virtuoses de porter haut les couleurs nationales et de gratifier le public d’une prestation épatante. La décision de donner Carte blanche au Maroc est tout à fait normale eu égard à «ces artistes de talent qui sont révélateurs du développement culturel d’un pays qui soutient une quarantaine de festivals et deux orchestres symphoniques professionnels», affirme Nelly Jussmann, présidente de «Musicality-Club», association qui organise des concerts de musiciens internationaux connus et de jeunes interprètes talentueux dans des lieux choisis pour leur qualité acoustique, leur charme et une atmosphère propice à l’écoute. Lors de ce récital haut en couleur et 100% Marocain, qui s’est déroulé en présence notamment de l’ambassadeur du Royaume à Paris, Chakib Benmoussa, les très talentueux pianistes se sont admirablement distingués en réussissant à captiver les mélomanes et à réjouir les oreilles du public.

Rita Saher, qui avait joué pour le centenaire de la mort de Chopin en Autriche, a poursuivi son cursus musical à l’École normale de musique Alfred Cartot à Paris avec d’éminents professeurs. Elle se produit régulièrement en concerts au Maroc et à l’étranger, dont la consécration fut en 2012 à New York où elle donnait un récital au Carnegie Hall.

Quant à Dina Bensaïd, elle a commencé le piano à quatre ans à Casablanca avant d’être remarquée par Jacques Rouvier et d’intégrer le Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Elle a fait ses débuts avec orchestre à l’âge de 15 ans et donne régulièrement des concerts tant au Maroc, en Europe qu’au Canada. Parallèlement à ses activités pianistiques, Dina est directrice artistique du Festival musical «Le Printemps des Alizés» d’Essaouira depuis 2011.

Pour ce qui est de Marouan Benabdellah, il a fait ses études musicales au Conservatoire Béla Bartok puis à l’Académie Franz Liszt à Budapest, en Hongrie. Lauréat de plusieurs concours prestigieux, dont celui d’Arthur Rubinstein en 2011, il se produit souvent aux États-Unis (Carnegie Hall et Kennedy Center). Dans le cadre de cette même manifestation d’envergure, 


Une exposition des œuvres des plasticiennes marocaines Fatema Binet Ouakka et Najia Mehadji était montée dans le magnifique salon Roland Bonaparte, lieu où s’est déroulé le récital.

Native d’Aït Sadden (province de Sefrou) et diplômée en psychologie-physiologie de l’Institut Pierre et Marie Curie à Paris, Fatema Binet-Ouakka est une ancienne élève de l’École des beaux-arts de Versailles et de l’École du Louvre. La plasticienne, dont le nom revient fréquemment aujourd’hui dans le milieu des arts parisiens, a un parcours impressionnant qui l’a emmenée dans les plus beaux sites d’exposition du monde, de New York à Cerda (Espagne), de Genève à Shanghai, de Buenos Aires à Berlin, de Rabat à Kuala Lumpur, de Paris à Tokyo et de Vienne au Tibet.

L’artiste-peintre marocaine a également été choisie en 2013 pour représenter le Groupe arabe auprès de l’Unesco à une exposition collective mettant à l’honneur les arts plastiques au féminin et initiée par cette prestigieuse institution onusienne à l’occasion de la Journée internationale de la femme. Elle est récipiendaire de plusieurs prix et distinctions, dont les prestigieux Prix «Leonardo Da Vinci» et «Martin Luther King», la médaille d’argent de la ville de Paris, la médaille d’or de la ville d’Arles, le prix «Bosco Tatsuya Hirata» (Japon) et tout récemment le prix du Mérite et du dévouement français.
Najia Mehadji partage, quant à elle, son temps entre son atelier parisien et celui d’Essaouira. Ses œuvres sont des collections prestigieuses dans moult coins du monde, comme celle du Musée d’art moderne au Centre Georges Pompidou à Paris. Elle compte à son actif plusieurs expositions tant au Maroc qu’à l’étranger, notamment en France, en Tunisie et au Qatar. 

Les mille couleurs du Maroc
Najia Mehadji exposera ses toiles à l’Institut du Monde arabe (IMA) à Paris, du 15 octobre prochain au 25 janvier 2015, dans le cadre de la manifestation «Le Maroc aux mille couleurs», le plus grand événement pluridisciplinaire jamais dédié au Royaume en France. Cet événement grandiose mettra en valeur les différentes facettes de la création marocaine : arts plastiques, design, littérature, cinéma et théâtre. Il convient de rappeler que l’association «Musicality-Club» avait organisé, en novembre 2012, un concert au théâtre Mohammed V de Rabat avec l’Orchestre de Pau et, en décembre de la même année, un récital de piano au Carnegie Hall à New York au profit de la Fondation du Haut Atlas.

 


Portail Menara.ma
Le patrimoine marocain à la Semaine africaine de l'UNESCO à Paris 2 /2
MAP
01.06.2013
13.30h

du 27 au 31 mai
Fatima binet participe à l'exposition " SEMAINE AFRICAINE A L'UNESCO "

De son côté, la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, considère que cette semaine venait conforter l'engagement de l'organisation onusienne pour l'Afrique, érigée comme "une priorité" de son action, assurant qu'elle croit en "la renaissance africaine" au vu de l'immense potentiel économique et culturel du continent, porté notamment par sa jeunesse.

"L'histoire de l'Afrique est la clé de l'unité africaine", d'où l'importance de faire connaître cette histoire et la richesse du patrimoine africain, a-t-elle dit, réitérant le soutien de l'Unesco aux initiatives menées dans ce sens.

Au-delà de son aspect festif, la semaine africaine a été ponctuée par une série de conférences et de débats axés autour de deux tables rondes, l'une traitant "des défis de la protection et de la conservation du patrimoine africain" et l'autre du "patrimoine africain en partage".

Le cas du patrimoine marocain devait être présenté par le chef du Département d'agronomie et Machines agricoles de l'Institut national de la Recherche agronomique de Settat, Mohamed Qarro, et le directeur du Centre de Conservation et de Réhabilitation du Patrimoine architectural des zones atlastiques et subatlasiques (CERKAS).

Cécile Duvelle, chef de la section patrimoine immatérielle à l'UNESCO qui devait animer la table ronde sur "le patrimoine en partage", avait déjà exprimé, dans un entretien à la MAP, le soutien de l'UNESCO aux efforts du Maroc pour la sauvegarde des différentes composantes de son patrimoine culturel immatériel, couronnées par l'inscription en décembre dernier d'un cinquième élément sur sa Liste représentative, le Festival des cerises de Sefrou.

Cette inscription intervenait quelques mois après celle de la ville de "Rabat, capitale moderne et ville historique: un patrimoine en partage".

Dans son volet artistique, la programmation de la semaine africaine comprenait également une table ronde sur "la musique et les chants africains, un trait d'union entre le Nord et le Sud" marquée par une contribution du musicologue marocain, Ahmed Aydoun.

De son côté, l'artiste-peintre marocaine Fatima Binet-Ouakka a présenté dans le cadre d'une exposition collective, trois grandes toiles, placées sous le thème du dialogue et la rencontre de l'Afrique et l'occident.

"Les peintures sont un vibrant plaidoyer à une Afrique qui est le rendez-vous de l'Histoire et une réponse permanente aux sommations du présent. Un monde où l'espace illimité de la liberté est une lumineuse clarté unissant l'or du soleil et l'azur de l'esprit", a confié à la MAP cette habituée des expositions de l'organisation onusienne en tant que membre de "Association of Art to the UNESCO".

"J'interprète l'expérience d'Altérité comme les transparences de couleurs universelles qui inscrit la sagesse ancestrale africaine dans le sens de l'ouverture qui rend grâce à l'au-delà", a ajouté l'artiste établie en France, fière de ses inspirations africaines qui, dit-elle- pourraient volontiers reprendre ce refrain de Léopold Sédar Senghor: "Nous sommes les hommes de la danse dont le pied reprend vigueur en frappant le sol dur !".

La gastronomie marocaine également présente lors de cette semaine aux couleurs de l'Afrique, notamment dans le cadre d'un atelier de cuisine pour les enfants initiés à la fabrication des célèbres crêpes marocaines "aux milles trous" (Beghrir).(MAP).

TI---BI.

FJ

MAP 011221 GMT jui 2013



http://www.lematin.ma/
18 mars 2013

ART ET CULTURE

Exposition
Une plasticienne marocaine à l’UNESCO

● Fatema Binet-Ouakka expose ses œuvres au siège de la prestigieuse organisation
internationale autour de la violence faite aux femmes.
● L’artiste plasticienne a reçu de nombreuses distinctions pour son travail artistique
engagé en faveur de principes humanistes.
Binet Ouakka Unesco
Fatema Binet-Ouakka représente le Groupe arabe auprès de l’UNESCO.
L’artiste peintre marocaine Fatema Binet-Ouakka expose ses toiles au siège parisien de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme (JIF). La plasticienne marocaine a été choisie pour représenter le Groupe arabe auprès de l’UNESCO à une exposition collective mettant à l’honneur les arts plastiques au féminin et initiée par cette prestigieuse institution onusienne sur le thème «Violence à l’égard des femmes : la promesse c’est la promesse».

Fatema Binet-Ouakka est une artiste marocaine dont le nom revient fréquemment dans les salons parisiens. Son parcours impressionnant l’a fait exposer dans les plus grandes galeries : de New York à Cerda, de Genève à Shanghai, de Rabat à Kuala Lumpur et de Buenos Aires à Berlin. L’exposition où l’artiste figure en bonne place s’est déroulée en présence notamment de Mmes Irina Bokova et Zohour Alaoui, respectivement directrice générale de l’UNESCO et ambassadeur, représentante permanente du Maroc auprès de cette même organisation.

Mme Zohour Alaoui a tout d’abord souligné l’importance de cet événement culturel d’envergure à travers lequel l’institution onusienne reconnaît une fois de plus la place réelle de la femme et le rôle déterminant qu’elle joue au sein de la société. Elle a, d’autre part, relevé que la peinture de Fatema Binet-Ouakka est à la fois «lumière, puissance et humanité, un mélange d’abstraction et de figuratif qui lui donne une tonalité bien particulière». Et d’ajouter que la plasticienne marocaine, qui s’exprime librement à travers ses œuvres, est aussi une fervente défenseur des libertés et plus particulièrement de l’émancipation des femmes, comme elle est l’exemple même de l’alliance réussie entre deux cultures, celles de l’Orient et de l’Occident.

Le travail de la plasticienne oscille entre semi-figuration et abstraction. Créer, pour elle, constitue un chemin vers la spiritualité. «Peindre demeure pour moi une prière à travers laquelle j’explore toutes les profondeurs de mon être», fait-elle observer. «J’ai souvent travaillé la figure humaine, car cela représente pour moi comme une respiration», confie-t-elle.
Avant de monter ses toiles à l’UNESCO, Mme Binet-Ouakka avait pris part à la première édition du Salon d’art contemporain de Deville (Nord-Est de la France) en tant qu’invitée d’honneur, aux côtés d’une quarantaine d’artistes de sensibilités différentes.

Le Salon a offert l’opportunité à l’artiste marocaine de partager, à travers ses toiles, «ce trait d’union entre Deville et Aït Sadden (son lieu de naissance), entre le Maroc de son enfance et la France où elle réside, entre deux continents». Fatema Binet-Ouakka, qui avait exposé ses œuvres sur le thème également des violences à l’égard des femmes, avait reçu, à cette occasion, la Médaille d’honneur.
• Membre de «Association of Art to the UNESCO», Fatema Binet-Ouakka a reçu de nombreux Prix et distinctions, dont les prestigieux Prix «Leonardo Da Vinci» et «Martin Luther King» en octobre 2009, en Italie.
• Elle a également obtenu la Médaille d’argent de la ville de Paris, la Médaille d’or de la ville d’Arles, le Prix «Bosco Tatsuya Hirata» (Japon) et tout récemment la Médaille d’honneur de Deville.
• Son nom figure dans le dictionnaire de cotation des artistes modernes autant que dans l’Annuaire international
• des arts.

ARTICLES PARUS DANS LA PRESSE FRANCAISE 2010
Map 9 février 2010



Map 11 février 2010



L'Humanité 4 février 2010



Versailles Saint-Quentin - L'hebdomadaire des Yvelines
Mercredi 3 février 2010 - n°3241


binet presse

Maroc Hebdo International du 22 au 28 janvier 2010



ARTICLES PARUS DANS LA PRESSE FRANCAISE 2009
COMMUNIQUE DE PRESSE
Le prix NOVIAL méta-artistique 2009 a été décerné à l’artiste peintre Fatema BINET pour la vision et la richesse expressive de ses oeuvres, vecteur de compréhension, de rapprochement et de créativité.
L’Art et la Culture Marocaine en voyage

De l 'Arménie où elle nous revient ...

Fatima Binet Ouakka participe à une exposition internationale de peinture et de sculpture au Musée National d’Erevan, en Arménie, du 11 au 24 septembre 2009.
Dès sa plus jeune enfance, elle a vécu dans le mélange des civilisations et des cultures. Dans la région de Fès, où elle fait ses premiers pas, son entourage familial l’incite à ouvrir les portes de l’univers. Découvrant la peinture au hasard d’un passage dans un atelier d’art plastique à Paris, elle se laisse entraîner au fil de sa curiosité et de son inspiration. Devenu professeur d’Art plastique auxiliaire dans un lycée français, elle suit des cours à l’école du Louvre et dans différents ateliers de peinture. Ses recherches en couleur la mènent progressivement vers l’attirance instinctive du bleu, lui rappelant la proximité de ces racines.
La notoriété de Fatima Binet Ouakka prend rapidement une dimension internationale. Fidèle aux essences de sa terre natale, elle favorise les échanges, le partage et de dialogue dans le monde. Reconnue dans son art en tant qu'artiste universelle, elle trouve aussi une place en tant que vecteur d’une culture qu’elle aime par-dessus tout : celle de son pays le Maroc.
Joël CONTE
Président des Rencontres Européennes Euro poésie
ARTICLES PARUS DANS LA PRESSE FRANCAISE 2008

- R.F.I. (France et Monde)
- Société et Culture
- Magazine du Press Club de France


 

ARTICLES PARUS DANS LA PRESSE FRANCAISE


Binet Presse

- Arts Actualistés Magazine
- Rencontres Artistiques et littéraires
- Visage du xxième siècle
- Les Nouvelles de Versailles
- Courrier des Galeries
- Désir d'autres désire d'être : Mustapha Chelbi
- Edition de la Méditerrannée
- Télévisions : FR2, FR3
- Radios : R.M.C., France Inter, Beur FM
- Ici et maintenant
- Le Parisien d'aujourd'hui
- Partenariat Europe Mahgreb
- Info Presse de Voisins le Bretonneux


 

SUR DIVERS SITE INTERNET

- Enjeu : Emmanuel De La Taille Journaliste et média Fondateur du Press Club de France
- Bulletin des Arts
- Jean Claude Santier Journaliste
- LEMATIN.ma

- Vivre Femme (Maati KABBAL)
- Agora vox(Dominique Dutilloy)

 
Retour haut page




 
Recherche personnalisée







Contact France Art Realisation | Adhesion | Informations aux artistes