Galerie d'Artistes Annuaire de l'Art Annuaire de l'Art
FATIMA BINET OUAKKA
CRITIQUES D'ART

Le Lundi 23 juin 2014

Fatema Binet-Ouakka et Najia Mehadji invitées par Nelly Jussmann,
Présidente du Musicality-club, exposent à Shangri-la Hôtel Paris, durant le récital.
Au piano Rita Saher, Dina Bensaid et Marouan Benabdellah.

Fatema Binet-Ouakka avec la Pianiste Rita Saher

Fatema Binet-Ouakka avec la Pianiste Rita Saher

Fatema Binet-Ouakka avec Son Excellence Monsieur l'Ambassadeur du Maroc en France Chakib Benmoussa Marouan Benabdellah entouré de Fatema Binet Ouakka et Tarik Ramdani
Fatema Binet-Ouakka avec Son Excellence Monsieur l'Ambassadeur du Maroc en France Chakib Benmoussa Marouan Benabdellah entouré de Fatema Binet Ouakka et Tarik Ramdani

A priori, rien ne rapproche Fatema Binet Ouakka et Najia Mehadji sinon qu’il s’agit de deux plasticiennes d’origine marocaine, toutes deux liées à la ville de Fès, qui vivent, pour l’essentiel, en France dans la région parisienne.
Outre leurs différences de génération et de notoriété, l’une, Fatema Binet Ouakka produit une peinture plutôt abstraite, même si elle est, en réalité, le plus souvent semi-figurative. Il s’agit d’une coloriste jouant toujours de multiples couleurs dans un même tableau, y compris dans les fonds. L’autre, Najia Mehadji, prolonge l’art arabo-musulman dans ses formes géométriques ou végétales en produisant, parfois à l’ordinateur, des interprétations contemporaines avec des formes monochromes sur des fonds homogènes traités en aplats. Et pourtant, le refus de la figuration mimétique, qui n’est pas absolu, chez la première, peut renvoyer à une même origine culturelle (que l’on aurait tort de croire musulmane). De même, la seconde, lorsqu’on rapproche ses œuvres, dispose d’une importante palette même si elle a une préférence visible pour le rouge. De plus, ses travaux ne font plus référence à l’idée d’infini, fondement essentiel de l’art arabo-musulman, mais ils sont une mise en forme du temps qui se déroule, depuis une origine placée au centre ou sous la toile, par la gestualité d’une artiste parfaitement individualisée. On a là deux tentations, toutes deux liées à la sécularisation, de l’art contemporain dans un pays arabe qui est le Maroc.

Jean François Clément




Orangerie du Sénat

DIALOGUES

« Le Maroc ressemble à un arbre dont les
racines nourricières plongent profondément
dans la terre d'Afrique et qui respire grâce à
son feuillage bruissant aux vents d'Europe
. »
Feu Sa Majesté le Roi Hassan II.

Evénement: Dialogues
Lieu: ORANGERIE DU SENAT
Fin :16 juin, 2013 19:00
Catégorie: Arts visuels
Adresse :15 rue de Vaugirard, , 75006 Paris, France



Certes celui qui observe le continent africain pourrait à nouveau céder à l'afro-pessimisme qu'il s'agisse des situations économiques marquées par la corruption, un mauvaise redistribution des richesses ou des fiscalités inéquitables, ou politiques. À commencer par ce que l’on voit au Mali, mais on pourrait aussi penser à la Guinée-Bissau, à la Somalie, à d’autres pays du Sahel ou de la Corne de l’Afrique. Toutefois, on peut aussi constater des taux de croissance de plus de 5 % ou des évolutions très rapides des PIB comme dans la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Une nouvelle dynamique vient d’apparaître en Afrique, ce qui en fera, très certainement, un continent essentiel au XXIe siècle.
Les artistes africains participent déjà à ce mouvement. Qu’il s’agisse de subvertir les discours dominants, de l’africanisme passé ou actuels, ou d’annoncer de futurs discours encore inarticulés, les artistes sont présents avec des œuvres qui sortent des cadres conceptuels opposant l’œuvre d’art à des œuvres fonctionnelles sur le plan technique ou comme support de sacralité. La peinture donne une capacité d’anticiper des évolutions sociales que l’on exprime, en dehors de toute construction intellectuelle, par des formes et des couleurs qu’il faut savoir interpréter. Ces artistes, de multiples façons, aussi diverses que le fut l’art africain des siècles passés, posent de nouvelles fondamentales comme les droits de l’homme, l’exigence de liberté, la construction de la paix, le respect de l’environnement ou encore l’accès aux ressources à commencer par les siennes propres.
A-t-on assez remarqué le sourire permanent sur le visage de Nelson Mandela? C’est celui d’un homme revenu de tout qui a tenté une stratégie non violente pour commencer son combat contre la ségrégation. Mais, conscient de son échec, il a créé la branche militaire de l’ANC. Puis il est dénoncé par les services américains pour finir, lors du procès de Rivonia, par être condamné à perpétuité. Et il connaît alors une sorte de calvaire, ce que je symbolise par un visage au regard étrange, marqué par des tons blancs, mais il s’agit d’un blanc substantiel et non pas d’une couleur parmi d’autres. C’est une couleur qui cesse d’être une couleur. Parce que ce regard exprime un message très fort malgré la violence ou au-delà d’elle. Et là, je me souviens d’autres engagés comme Martin Luther King ou comme Léopold Sedar Senghor pour dépersonnaliser ce visage qui pourrait aussi être celui de chacun d’entre nous. Et soudain, je repense à Muhieddine ibn Arabi: «l’amour est ma religion


Et c’est cet homme, qui lutte actuellement contre la mort, qui maintenant mérite un hommage pour que sa mémoire soit maintenue. C’est ce que j’exprime à travers mon travail intitulé «Vivre» qui est une synthèse possible plus de quarante ans de luttes. Car éviter d’abord une guerre civile, devenir ensuite le premier Président noir de la République d’Afrique du Sud, cela suffit. Il est ainsi des trésors vivants de l’humanité.
J’ai salué l’engagement de cet homme en faveur d’une société multiculturelle où la lutte entre les hommes se déplace contre la pauvreté ou le sida, contre l’irrespect des droits de l’homme également. Voilà le message essentiel associé à ce tableau créé par une femme marocaine.
Savoir choisir les vrais adversaires est capital. Ceci avait déjà été exprimé lors de la journée de la femme à l’UNESCO au nom des 22 délégations des États Arabes. Cette même idée a été répétée lors de la semaine du patrimoine africain, toujours à l’UNESCO. C’est cette même exposition qui fait maintenant escale pour une exposition à l’Orangerie du Sénat au cours de ce mois de juin 2013.
Cette exposition comporte 30 œuvres originaires de la République sud- africaine sélectionnées par le comité sud-africain ou SANAVA et 60 œuvres françaises choisies par le CNFAP. Ce Conseil National Français des Arts Plastiques (ou CNFAP) est le promoteur de cette exposition intitulée «Dialogues ». Le CNFAP est également le comité français de l’Association internationale des arts plastiques (AIAP), une ONG agréée par l’UNESCO.
Afin de favoriser des échanges d’artistes, le CNFAP organise depuis 2008 des expositions communes aux comités de différents pays. Après l’Italie (en 2008-2009), l’Afrique du Sud a été choisie pour la période 2012-2013. Le comité sud-africain de la SANAVA a répondu favorablement à cette proposition dans le cadre des Saisons Croisées. Nous ne pouvons que l’en remercier.

Fatema Binet Ouakka
Artiste plasticienne

Discours de M. Jean-Pierre BEL, Président du Sénat
Inauguration de l’exposition « Dialogues »
organisée dans le cadre des
Saisons Afrique du Sud-France 2012 & 2013
Mercredi 5 juin 2013 - 18 heures (Orangerie du Sénat)

À travers l’exposition « Dialogues », l’art constitue une fois de plus un vecteur essentiel pour amener le public à réfléchir sur le monde qui l’entoure et à prendre conscience de la valeur de la liberté d’expression.
C’est un très grand honneur pour le Sénat de mettre ainsi en valeur les talents de nos amis sud-africains.
Certains, ici, ont également depuis longtemps une admiration pour ces formidables représentants de l’Afrique du Sud que sont les Springboks. Mais c’est une autre histoire... Les dialogues que nous proposent cette exposition, ce sont les dialogues entre les cultures de nos deux pays, ce sont des échanges placés sous le règne de la diversité, pour favoriser une meilleure connaissance de nos deux pays.
Cher Laurent CLAVEL, Cher Robert HUE,
Cher Xavier DARCOS,
Début: 6 juin, 2013 11:00
Depuis quelques années, la Haute Assemblée a souhaité s’associer aux saisons croisées organisées par la France. Ainsi, après la Turquie et la Russie, l’Afrique du Sud est aujourd’hui à l’honneur.
En 2012 SANAVA a reçu les œuvres de 30 artistes du CNFAP à PRETORIA pendant deux semaines au mois d’Aout dernier. Cette exposition a permis des rencontres entre des artistes français et sud Africains.

En août 2012, le SANAVA avait exposé trente œuvres d’artistes français dans sa galerie à Pretoria. Aujourd’hui, vous pouvez découvrir, dans un même lieu, trente- huit œuvres d’artistes sud-africains auxquelles viennent répondre soixante-treize œuvres d’artistes français.

En effet, l’intérêt réciproque qui semble exister entre l’Afrique du Sud et la France se manifeste particulièrement dans le domaine culturel dans cette exposition conçue par le Conseil National Français des Arts Plastiques -CNFAP- et the South African National Association for the Visual Arts –SANAVA-, membres de l’Association Internationale des Arts Plastiques.
Je remercie Mme Linda SHONGWE, Ministre plénipotentiaire chargée d’affaires à l’ambassade d’Afrique du Sud en France, M. Robert HUE, Président du groupe interparlementaire d'amitié France-Afrique du Sud, M. Laurent CLAVEL, Commissaire général des Saisons pour la France, M. Bongani TEMBE, Commissaire général des Saisons pour l’Afrique du Sud, M. Dikgang MOOPELOA, Président des Saisons pour l’Afrique du Sud et M. Xavier DARCOS, Président de l’Institut Français, pour leur collaboration très active au service de la singularité de la relation d’amitié qui existe entre l’Afrique du Sud et la France.
Je tenais aussi à mettre en lumière le travail réalisé par MM. Didier GUILLAUME et Jean-Claude CARLE, Vice-Présidents du Sénat, ainsi que leurs collègues, membres de la Délégation chargée de la Communication et des Relations avec la Chaîne parlementaire, qui font de cette Orangerie un lieu d’expositions privilégié.
Je suis très heureux de vous accueillir à l’Orangerie du Sénat pour l’inauguration d’une l’exposition qui porte un titre bien choisi, « Dialogues », organisée dans le cadre des Saisons Afrique du Sud-France 2012 & 2013.
Alors que la Tour Eiffel s’est illuminée aux couleurs de l’Afrique du Sud le 28 mai dernier, lors du lancement des Saisons, je veux d’abord avoir une pensée pour Nelson Mandela, Président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999. Par son courage dans sa lutte contre l’apartheid et pour la dignité de l’homme, il occupe durant cette saison une place éminente, notamment à travers l’exposition qui lui est consacrée à l’Hôtel de Ville de Paris. Je souhaite lui rendre ce soir un hommage particulier.
Je veux d’ailleurs remercier ici M. André HERVIO, Président du CNFAP, et M. Anton LOUBSER, Vice-président du SANAVA, sans qui cette exposition n’aurait pu avoir lieu.
Je vous remercie et je vous souhaite à tous une très agréable soirée.


2012

Bonjour Fatéma,

J'ai visité ton site et j'en reste comblé. Grand talent , merci pour ce merveilleux voyage dans ton univers d'harmonie et de matières recherchées avec sobriété et un équilibre digne des grands architectes de tous les temps. Ton univers respire la beauté et la culture maîtrisées.

Heureux de t'avoir rencontré ,tu aimes la perfection et le bonheur de vivre.
Amitié

 

Yves et Frédérique de Closets.
2011

Jean-François Clément, spécialiste de l'Art Oriental


Fatima Binet Ouakka
" RACINES AU PLURIEL"

A la nouvelle galerie casablancaise « Ces-arts »
du 16 octobre au 14 novembre 2009

Dans le récit de vie de Fatima Binet Ouakka ont prédominé, intervallaires, les mauvais coups du sort, la souffrance et un sentiment angoissant de la précarité des choses. A bien des égards, c’est un chemin des ordalies dont elle est sortie fortifiée pour ainsi dire et plus combative que jamais. Pour la chronique, elle avait commencé par être bergère dans la région des Ait Sadden dont elle est native, près de Fès, avant de s’expatrier. Arrivée en France, elle s’était mariée et avait préparé un diplôme en psychologie. Intégrant par le fait du hasard un atelier de peinture, son arrivée à l’art et à la découverte des formes et des couleurs était vécue à la fois comme une libération et une révélation. Alors les expositions individuelles et collectives se sont multipliées depuis 1994 (Paris, Allemagne, Chine, Malaisie…), mettant au jour une création plastique d’un dynamisme époustouflant, original, que pas mal de médailles d’or, d’argent, de distinctions honorifiques sont venues consacrées à juste titre. Son élection cette année comme membre du jury de la Biennale de Moscou est une autre manière de reconnaître son talent.
 
Chez Fatima Binet Ouakka, tout est à identifier comme style. Dès le départ, l’artiste a peint comme si elle avait accès à son inconscient dont elle a peu de raison de craindre le contenu. Issue d’expériences vécues fortement intériorisées, la peinture  affiche une vitalité du mouvement telle qu’on ne peut pas prévoir ce qui va arriver. Une fois à l’œuvre, l’artiste est littéralement emportée par sa fougue où se mêlent transe, jeu sérieux, dépassement de soi…
Gaies, burlesques ou dramatiques, les formes en aplats, juxtaposées, se chevauchant ou s’imbriquant au moyen des touches, s’articulent de manière frénétique et quasi dionysiaque.

D’un travail à l’autre, la composition se donne tel un agrégat de suggestions et d’évidences qui, sans vouloir rien montrer au fond, nous laissent décider si l’acte pictural a effectivement eu lieu dans toute sa vigueur ou non. Un acte charriant des résidus d’expériences plastiques antérieures, de mouvements simultanés, des contrastes évoquant un cubisme analytique débridé. Mais le désir abstractif est là comme un refoulé tout en nerfs, qui attend de déferler et qui finit par imprégner la technique et la basculer dans un expressionnisme en rupture de cercle, c’est-à-dire typique et porteur de nouvelles valeurs.
Certes, Fatima Binet Ouakka abstrait parce qu’elle est hantée par le rythme, un rythme qui composerait à lui seul le sens de sa peinture, n’étaient les connotations figuratives qui se réfèrent ici et là à sa personnalité, sa biographie, voire même à l’histoire de l’art, et qui se lisent en filigrane comme des projections mentales, des « divagations » oniriques : autant d’effets, de graphisme et de signes à caractère identitaire et narratif. C’est une peinture qui reste liée à l’expression et à la sensibilité, et perpétue un modernisme plastique, dont le modèle symbolique est Nicolas de Staël.

Des éléments figuratifs, rappelant des personnages dans diverses postures, souvent en arrière-plan, font penser à des dessins d’enfants soumis à des exercices mnémoniques. Fatima Binet Ouakka semble parfois creuser dans un vécu qui frise le miroir, mais qu’elle fait tôt de singulariser dans des juxtapositions inédites. Elle ne voudrait pas tomber dans le décoratif ni trahir une mémoire qui, dévoilée, pourrait n’être qu’un faux-semblant naturaliste. Créatrice de génie (dans le sens propre du mot : génitrice engendrant un être nouveau), elle cherche à repérer, comme chez les abstraits lyriques français, dans un espace panoptique (ici supposé celui de la toile), au-delà des conventions plastiques telles la planéité, les lignes-contour, les touches répétées, ce qui lui permettra, sans avoir trop à discuter ni à argumenter, d’installer définitivement l’autorité de son geste qui ne sera pas un acte ni un serment de foi, mais l’expression d’une force innée, qui peut s’interpréter par elle-même. Car, dit à propos Nietzsche, un art qui a d’abord besoin d’être prouvé ne vaut pas grand-chose.

Les œuvres de Fatima Binet Ouakka, qui inaugurent la nouvelle galerie casablancaise « Ces-arts » racontent un parcours artistique des plus aspectés. Encadrées ou sans châssis (comme chez les supports-surfaciens), elles dénotent l’apport considérable d’une palette proprement déroutante, qui donne, dans le contexte marocain actuel, l’approche esthétique et le raisonnement théorique à l’appui, un fort pressentiment de renaissance.
 
Abderrahman Benhamza est un écrivain marocain né en 1952 à Marrakech.
Abderrahman Benhamza est considéré parmi les auteurs les plus remarqués
de la littérature française et de la critique d'art au Maroc.

Parmi ses oeuvres et ses livres, on trouve : ''Le Voyageur'' (1975),
''Lumières fragiles et profonds déserts'' (1977),
''Chant en do mineur'' (1981) et
''D'un sommeil à l'autre'', ''C'est ici que ça se passe'' poète en français (2007)... etc.
Abderrahman Benhamza
Fatima Binet Ouakka

Fatima Binet Ouakka

L’Art et la Culture Marocaine en voyage
De l 'Arménie où elle nous revient ...
Fatima Binet Ouakka participe à une exposition internationale de peinture et de sculpture au Musée National d’Erevan, en Arménie, du 11 au 24 septembre 2009.

Dès sa plus jeune enfance, elle a vécu dans le mélange des civilisations et des cultures. Dans la région de Fès, où elle fait ses premiers pas, son entourage familial l’incite à ouvrir les portes de l’univers. Découvrant la peinture au hasard d’un passage dans un atelier d’art plastique à Paris, elle se laisse entraîner au fil de sa curiosité et de son inspiration. Devenu professeur d’Art plastique auxiliaire dans un lycée français, elle suit des cours à l’école du Louvres et dans différents ateliers de peinture. Ces recherches en couleur la mènent progressivement vers l’attirance instinctive du bleu, lui rappelant la proximité de ces racines.

La notoriété de Fatima Binet Ouakka prend rapidement une dimension internationale. Fidèle aux essences de sa terre natale, elle favorise les échanges, le partage et de dialogue dans le monde. Reconnue dans son art en tant qu'artiste universelle, elle trouve aussi une place en tant que vecteur d’une culture qu’elle aime par-dessus tout : celle de son pays le Maroc.

Joël CONTE
Président des Rencontres Européennes Euro poésie
Exposition « RACINES AU PLURIEL »
GALERIE CES ARTS à CASABLANCA MAROC

Fatima Binet-Ouakka, artiste du réel absolu…

Sur la paix de l’instant, ses peintures sont parenthèses de soleil, bleu mouvant de la mer. Comme des mouvements retenus prêts à jaillir, les visages multipliés traversent les routes de l’exil pour nous insérer dans l’épaisseur du temps.
La coulée de lumière inaugure la rencontre de l’océan et du ciel sur l’horizon, goutte infime ou fragment anonyme, les échos du souk livrés au calme du souvenir sont un éventail de possibles.
Êtres racinés dans la terre rouge, la pudeur est une secrète présence où le nomade s’arrête sur le seuil. Chaleur d’une voix dans la transparence de la brume, Fatima Binet-Ouakka est un souffle venu des abîmes du songe qui invite à l’éclat de la conscience.

Suivant le sentier du retour, chargées de mots et de larmes, ses toiles se font hymne d'amour, étincelantes dans le teint hâlé des racines, beauté de la fraternité des humains.
Ses yeux explorent des bouts du monde discrets, les rues gorgées de rayons ardents, un silence précédant l'aube, flamme qui brille au plus profond des êtres, ivresse de sommets d’où jaillissent des frontières inaccessibles…
Sensibilité solide au dehors, ébréchée en dedans, vertige de cette étrangeté à soi, Fatima remet inlassablement sur l'ouvrage ce que ses sens ont perçu, son monde n'a rien de virtuel, il est un monde perceptif et émotif où l’Autre est le réceptacle d’une musique intérieure en éveil.

Ivre de la sensualité de l'instant, yeux ouverts sur l’aile du temps, cette exposition est l’ultime défi au bleu du ciel pour entrer dans une quête de soi…chant discret de nos retrouvailles avec nous-mêmes…ses tableaux sont des perles rares loin des rivages agités du monde.
Morad EL HATTAB, écrivain-philosophe,
Lauréat du Prix Littéraire pour la Paix et la Tolérance.
Auteur des Chroniques d’un buveur de lune (Ed. Albin Michel)
ARTICLES PARUS DANS Courrier des galeries en 2000


Binet Fatima Ouakka


Notre destin n'est-il pas écrit avec la main du hasard et ne sommes-nous pas, en quelque sorte, l'œuvre de la précarité ?

C'est la raison pour laquelle nous cherchons à survivre, à durer à travers la peinture, la poésie ou la musique.

Ainsi se définit Fatima Binet : « Je me suis mise à la peinture par hasard et sans l'avoir décidé...
Il y a quelques années, je me suis trouvée devant un chevalet pour peindre. Dès le premier contact avec la peinture, j'ai immédiatement compris que ma vie allait se lier à la toile. J'ai ressenti une passion charnelle que les mots ne peuvent exprimer...

Ma première toile a obtenu un prix... J'étais étonnée du résultat et ce succès me gênait. J'ai alors fréquenté des ateliers de peinture et je me suis mise à peindre nuit et jour ».

Fatima Binet organise les signes du hasard ceinture la toile de la ferveur originelle, habille la toile d'un voile de pudeur et déshabille le corps des femmes. Elle peint ses œuvres aux couleurs d'argile et d'azur, de terre et de ciel et restitue le plus secret d'elle-même.
Dans ses rapports avec la toile, Fatima Binet est totale, entière et authentique.

Que cherche donc à transmettre cette femme dévorée par le besoin de dire vrai et qui considère la toile comme un miroir devant lui révéler l'image de son âme ?
A cela, elle répond que lorsqu'elle tient un pinceau, elle ne sait pas du tout ce qu'elle va peindre. Les choses prennent forme petit à petit. Au début, Fatima met les couleurs spontanément, sans réfléchir où elle les pose. Elle ne cherche ni l'harmonie, ni la composition, ni l'ordre, ni le sens, ni la forme, ni la figure. Une fois les couleurs posées, elle arrête de peindre et ne reprend la toile que quelques jours plus tard. C'est alors que la toile se donne à elle et lui livre ses secrets.
Les personnages commencent à apparaître et elle n'a plus qu'à les entourer avec du fusain. Les ambiances de couleurs mêlées à la vapeur enlacent de jolis corps de femmes déambulant dans la pénombre. Cette plasticité érotique donne à rêver et l'émotion du hasard prend place dans la volonté du destin. 

Fatima Binet exprime la générosité des gens pittoresques de ses villages en rehaussant la toile par le rappel subtil de la géométrie, des tissages, et des couleurs de sa ville bien aimée Fès à ses bleue, à s’y perdre !.
Elle plonge dans le flou du hammam qui est un espace de toilette, mais aussi de séduction et de plaisir. Elle rend hommage à l'éternel féminin, ce qui rend son œuvre encore plus sensuelle.
Depuis la particularité culturelle de son pays, elle arrive à exprimer quelque chose d'universel. Fatima Binet se cherche dans cette double identité qui fait à la fois sa force et sa faiblesse.
Fatima poursuit son aventure picturale consciente que le tableau se fait de lui-même et qu'elle n'est là que pour l'aider à s'accomplir.
Elle est enfin déterminée à poursuivre sa quête picturale avec beaucoup d'amour.

Mustapha Chelbi
Critique d'art
"Il faut bien comprendre que l'art n'existe que s'il prolonge un cri, un rire ou une plainte. "
Jean Cocteau

Cette citation convient bien à l'oeuvre de Fatima Binet Ouakka.
En fonction de nos humeurs, états d'âme et sentiments de l'instant, l'artiste nous fait faire une sorte de "tambouille" dans notre chaudron mental.
"Ca fait réfléchir" disent certains, "c'est revigorant" commentent les autres, "un effet miroir" disent les plus contemplatifs.

Moi, je dirais que c 'est généreux, comme une ode à la vie, à l'image de Fatima.
Gilles Trichart "Journaliste Ecrivain"
Reportage Paris Match
Texte : Jean Claude HALLE - Ecrivain Journaliste

LE PEINTRE,

Une première rencontre avec la peinture de Fatima est joyeuse, colorée, parfois interpellante dans une certaine brutalité - c'est bien sûr, d'un itinéraire personnel dont je vous parle. Dès la seconde, son art imprègne peu à peu, circonvient, - et parfois envoûte.

Ses bleus, dans leur variété, sont un régal, ses rouges toujours traités avec pudeur, de la palette de ses verts émergent toute la tendresse du monde. Ses ors, qui s'étalent du roux sombre à la lumière la plus éclatante - souvent dans le même tableau - s'apparentent davantage, au contraire, à mes yeux, à une dérive des continents dont on pressent qu'elle se nourrit d'une farouche tectonique des plaques surgie des tréfonds d'une âme plus violente, tumultueuse, passionnée que ne le laisserait supposer la lisse surface de sa tranquille houle océane personnelle.
De ce cocktail fort, volatile et probablement hautement inflammable, interpellant une œuvre riche, complexe, très personnelle, résolument non figurative. Fatima aime à l'évidence les grandes toiles, mais tous les formats et toutes les techniques et illuminent le désordre de son atelier, la verticalité des murs où ses toiles sont accrochées, la danse des cimaises d'expositions choisies où leur créatrice sait élégamment mettre en valeur ses oeuvres ou ses recherches.

L' ARTISTE
Au delà du peintre, l'artiste. Car l'art, chez Fatima, est un jour devenu Vie. Elle double sa vision première de la richesse d'une nouvelle expression : une schizophrénie 'positive', comme on dit de nos jours. En effet, l'hologramme de la styliste se démarque désormais peu à peu de la silhouette de la femme peintre. Formes et couleurs ont migré de la toile vers les tissus et habillent désormais les femmes - en des modèles uniques - dans l'éblouissement du mouvement de la vie. A voir, à admirer et à porter...

LA FEMME,
Enfin, et d'abords ses regards. Ceux de ses personnages, vides ou habités, croisés ou terrifiants dans leurs évocations - voir le nom de certaines de ses toiles - surgis du fonds des temps, de l'histoire ou des lieux (Ô Berbérie chérie !).

Le sien, surtout. Toujours noir, en première impression, même si ce n'est pas la couleur de ses yeux. Toujours voilé par la frange épaisse derrière laquelle elle s'abrite, se masque ou se réfugie, frange reflet dans ses yeux des murs de défense des citadelles ocres de son Maroc natal. S' y plonger, ne serait-ce qu'un instant, c'est prendre le risque considérable, déjà chanté par Aragon, d'y 'perdre toute mémoire'. Merci Fatima, creuset des rencontres, de toutes tes cultures, la berbère, la marocaine, la française... l'africaine et l'européenne, de tous tes cadeaux. Ils portent les plus beaux noms du monde : Générosité et Amour.
Jean-Claude Halle : "Journaliste Ecrivain"

 
Retour haut page




 
Recherche personnalisée







Contact France Art Realisation | Adhesion | Informations aux artistes